Match race océanique

Coup dur pour la flotte de Barcelona World Race qui déplore le démâtage d’Hugo Boss, survenu, hier dans la soirée, au large des côtes brésiliennes en Atlantique Sud. Cette avarie, sans doute provoquée par une rupture au niveau du gréement, contraint le leader, à déserter les chemins de la course. Alex Thomson et Pepe Ribes, qui ont dû dégager l’ensemble de leur espar, se déroutent actuellement vers Salvador de Bahia. Ce démâtage prive le groupe de tête de l’un de ses plus fidèles animateurs, qui imprimait un rythme des plus élevés depuis le départ de Barcelone. La course se poursuit donc entre les duettistes de Cheminées Poujoulat et Neutrogena, engagés dans une régate océanique qui ne leur laisse aucun répit. 

News JANV. 15, 2015 07:53

Au 15è jour de course, seul un petit décalage latéral d’une trentaine de milles sépare ces tandems très expérimentés, qui affichent, à bord de bateaux de même génération nés des planches à dessin du même architecte naval (Bruce Farr), des vitesses de progression très similaires d’une quinzaine de nœuds. 

Plein sud

Gageons que ces deux-là, qui plongent pour rejoindre, du côté de 20° de latitude sud, le couloir de vent d’ouest qui doit leur permettre d’ouvrir les voiles et de mettre le clignotant à gauche pour poursuivre vers le cap Bonne Espérance, n’ont pas fini de s’étalonner en vitesse pure. Si Neutrogena reste le rapide sur les dernières 24 heures, rien n’est joué et tout reste à faire entre ces deux équipages qui naviguent comme s’ils disputaient une régate de match-race au beau milieu de l’océan. Dans cette bataille, GAES Centros Auditivos n’est pas en reste et n’a certainement pas dit son dernier mot. 2è au classement, le double mixte de la course, positionné plus à l’est, affiche un décalage nord-sud d‘une centaine de milles avec les deux autres protagonistes aux avant-postes.

Plus au nord Renault Captur croise ce matin à 300 milles au large de Recife dans les alizés bien établis, mais sans nul doute sur la même mer formée et agitée décrite par ses prédécesseurs lors de leur passage dans ces quartiers océaniques.  De leur côtés, We are Wateret One Planet, One Ocean & Pharmaton continuent leur progression au pas de deux au sud-ouest en direction de Fortaleza en vue de se caler sur la trajectoire des leaders. Mais, les frères Garcia, à bord de leur bateau plus récent et plus rapide, creuse chaque jour un peu plus l’écart avec leurs compatriotes Gelabert-Costa qui ne déméritent pas pour tirer le meilleur du doyen de la flotte. 

Coup de pot ?

Enfin,  la promesse de bientôt rejoindre l’hémisphère sud se rapproche à grands pas de l’étrave de Spirit of Hungary, pointé par 4° Nord.  Par chance, il semblerait que le Pot au noir, qui menaçait de s’épaissir semble au contraire disposé à lui laisser la voie relativement libre. Nandor Fa et Conrad Colman pourraient donc franchir à leur tour l’équateur à l’horizon des prochaines 24 heures.