Verbatim de Bernard Stamm et Jean Le Cam

Ils ont livré des pans de leur vie à bord en toute franchise durant cette Barcelona World Race, nous racontant les choses comme ils les vivaient, concentrés, sans dramatisation excessive… Ils nous ont parlé comme on l’attendait d’un tandem aussi expérimenté. Quelques morceaux choisis des interventions de Bernard Stamm et Jean Le Cam.

News MARS 25, 2015 11:07

Jean Le Cam – 05/12/2014 Le Nautic (salon de Paris)

« Tant qu’on ne développe pas d’ego démesuré, il n’y a aucune raison pour que ça se passe mal. On apprend toujours des autres. Avec Bernard, on se parle, on compare… On progresse ensemble. »

Bernard Stamm - 29/12/2014 Conférence de presse

«  Il ne faut pas oublier que c’est un tour du monde. Nous avons un bon bateau et nous sommes capables de le faire fonctionner au mieux. L’une des spécificités de cette course, c’est qu’il faut sortir de la Méditerranée. C’est très compliqué. »

Jean Le Cam - 29/12/2014 Conférence de presse

« Ça va. »

Bernard Stamm - 30/01/2015 Après un mois de mer

« Il s’est passé beaucoup de choses. Mais l’un dans l’autre, tout va bien. On a juste quelques petits soucis techniques qui ne nous rendent pas la vie facile, mais rien d’insurmontable. »

Bernard Stamm - 03/02/2015 Cyclone tropical

« C’est la première fois que je dois freiner un bateau en course, mais c’était la seule solution pour éviter de se retrouver en situation de survie. »

Jean Le Cam - 25/02/2015 Cap Horn

« On a navigué pendant un mois, même plus d’un mois avec des conditions dures tant de vent que de mer, ainsi que de froid. Là, on tourne à gauche vers le nord et des températures plus clémentes. En règle générale, c’est bon signe quand tu doubles ce cap. »

Bernard Stamm - 03/03/2015 A 5000 milles de l’arrivée, en croisant sa propre trace

« C’est sur que l’on se sent fatigué. On a quelques petites blessures. Jean s’est fêlé une côte et il ressent la douleur en permanence. Quand tu montes au mât, tu te fais des bleus partout. Je pense qu’on a perdu un peu de poids, c’est difficile à évaluer. On pense plus au bateau qu’à nous-mêmes. »

Jean Le Cam - 10/03/2015 A l’équateur en remontant vers le nord

« Je n’ai jamais fait un tour du monde aussi rapidement, c’est certain. Quand tu navigues de l’Afrique du Sud à l’Australie la Nouvelle-Zélande et l’Argentine, ce sont des longues distances. Quand tu arrives à l’équateur et que tu vois l’Europe là juste devant toi, tu découvres que quinze jours plus tard, tu y es. »

Bernard Stamm - 24/03/2015 Dernier jour en mer

« Je ne crois pas qu’on ait eu un seul jour sans un problème ou un autre. »

« Il ya plein de choses que l’on n’a plus à bord, qui me manquent. Alors, un verre de vin rouge, une orange, une pomme, voir les amis, la famille... tout ce que vous avez et que l’on n’a pas. »