Trois ans plus tard, la légende du Cap Horn perdure

Il y a trois ans, Bernard Stamm et Jean Le Cam, leaders de la Barcelona World Race, contournaient le Cap Horn, l’une des grandes étapes du tour du monde. Le cap mythique, où la navigation ne sera que plus ardue lors de la prochaine Barcelona World Race, représente un véritable défi pour la sécurité mais aussi un territoire de référence pour le développement durable de la planète. En célébration du passage de la flotte de la dernière édition, la Barcelona World Race démarre sa « semaine du Cap Horn » avec des contenus digitaux dédiés sur les réseaux sociaux et sur son site web.

News FÉVR. 25, 2018 07:30

À 01h00 TU (02h00 à Barcelone, 22h00 au Chili) il y a tout juste trois ans aujourd’hui, Cheminées Poujoulat, mené de main de maître par Bernard Stamm et Jean Le Cam, doublait le légendaire « cap du bout du monde » en tête de la Barcelona World Race. Le monde de la course au large focalisait son attention sur la pointe la plus australe du continent sud-américain pour suivre le passage du cap le plus périlleux depuis sa découverte il y a quatre siècles.

Ils fermaient ainsi la porte du Grand Sud au passage entre le cap et l’Antarctique et entamaient la remontée de l’Atlantique après 55 jours et 13 heures de course. Ils avaient donc parcouru 16 400 milles théoriques (30 373 km) et restaient quelques 6 900 milles devant leur étrave (12 779 km) jusqu’à la ligne d’arrivée. « Cela fait cinq semaines que nous naviguons dans des conditions de vent fort et de houle, dans le froid. Maintenant nous virons à gauche, vers le Nord et vers des températures plus clémentes », expliquait alors Le Cam. Stamm ajoutait : « C’est un point de passage important qui nous permet de remonter. Il s’agit d’un passage spécial, chargé d’histoire. C’est tout cela en même temps »

Le passage du Cap Horn est très spécial en termes sportifs pour deux raisons : il met fin à la navigation infernale dans le Grand Sud et nécessite une stratégie météorologique très précise, car les conditions de vent et de mer houle sont particulièrement violentes à 56ºS de latitude. Lors de la prochaine Barcelona World Race 2018/19 qui s’élancera le 12 janvier 2019 et fera escale à Sydney, la flotte contournera le Cap Horn fin mars, lorsque l’automne austral sera bien avancé. Les probabilités que la flotte se heurte à des conditions difficiles de navigation n’en seront qu’augmentées.

 

Le Chili, un environnement unique et préservé

La Marine chilienne, qui assure la surveillance de l’une des zones maritimes les plus vastes au monde, sera de nouveau au Cap Horn pour veiller sur les skippers. Depuis le Centro Coordinador de Búsqueda y Salvamento Marítimo (MRCC) de la zone, elle renforcera le dispositif de sécurité pour le passage de la flotte de la Barcelona World Race et sera un soutien primordial pour les navigateurs.

La zone terrestre qui entoure le Cap Horn est aussi exceptionnelle pour la sauvegarde de l’équilibre de la planète. Et les parcs naturels qui recouvrent la Terre de Feu sont un modèle singulier de gestion environnementale.