Seuls au monde

En tête, Cheminées Poujoulat poursuit son cavalier seul dans les eaux du Pacifique. Positionnés à l’avant d’un front où ils profitent de conditions favorables à la glisse ( solide flux de nord-ouest, mer plate), Bernard Stamm et Jean Le Cam progressent toujours au pas de charge. Après avoir de nouveau battu hier leur propre record de vitesse avec 482,5 milles parcourus à plus de 20 nœuds de moyenne, les deux compères continuent de maintenir un rythme élevé par 51°Sud. Leurs plus fidèles duettistes, qui ont annoncé hier de se dérouter, à bord de Neutrogena, pour faire un pit-stop technique afin de réparer un problème de moteur, poursuivent leur route en direction d’Invercargill dans le Sud de la Nouvelle-Zélande. Ce matin, il leur restait environ 17 heures de mer avant de rallier ce port austral. 

News FÉVR. 12, 2015 07:26

Beaucoup plus en arrière, GAES Centros Auditivos et Renault Captur, que 280 milles séparent, progressent au gré des fronts dans le même système météo. Dans les dernières longueurs de l’océan Indien, bien installés dans le système dépressionnaire, les deux équipages filent bon train à 15-16 nœuds. 

Bon front,  belle progression dans 22 nœuds de vent d’ouest. Pour We are Water, la course se poursuit à belle cadence . Cette journée de jeudi sera celle du passage du cap Leeuwin pour les frères Garcia, qui sont attendus à la longitude du deuxième cap de ce tour du monde dans la journée. Pour One Planet, One Ocean & Pharmaton, la nuit fut certainement beaucoup plus difficile. Aleix Gelabert et Didac Costa essuient leur premier coup de vent du Sud depuis quelques heures au passage d’un front actif annoncé avec des rafales à plus 50 nœuds. Ils ont cependant passé le plus dur de la tempête. Ils ont récemment empanné pour poursuivre leur route au sud-est dans des vent de 35 nœuds d’ouest-sud-ouest environ.

Quant à Nador Fa et Conrad Coman, ils progressent ce matin dans les petits airs de l’été Indien en bordure de zone d’exclusion des glaces ! Des conditions somme toute favorables pour bricoler et réparer les problèmes techniques du bord qui ne les ont pas empêchés hier de profiter de belles heures de navigation à la barre, comme en témoigne Conrad dans son dernier message : « Je me suis régalé la barre à surfer de grosses vagues, avec des pointes régulières à plus de 20 noeuds. Le temps est parfait pour Spirit Of Hungary (…) Aujourd’hui, la stratégie est simple: aller vers l’Est ! Nous frôlons la zone d’exclusion avec de gros anticyclones au dessus de nous. Il n’y a pas vraiment d’autres choix possibles, on avance donc aussi vite que possible tant que l’on a du vent. Bien que l’on ait eu bien froid dans la précédente dépression, on a pourtant bien envie de jouer un peu avec les grosses dépressions du Grand Sud qui se trouvent juste en dessous de nous. » Affaire à suivre…