Ralentir avant de traverser

Règle de sécurité sur la route, le ralentissement dans le Pot au noir s’impose à un moment ou un autre à tous les bateaux de la Barcelona World Race. Les quatre leaders devraient perdre en vitesse cette nuit, offrant, peut être, un peu de répit à leurs skippers, les plus expérimentés en nombre de tours du monde de la flotte.

News JANV. 10, 2015 21:11

Depuis les îles Canaries, aucun temps mort. La vigueur des alizés et l’intensité de la régate avec les concurrents a exigé une présence constante à la barre, aux réglages. S’il y en avait un en mode relâche, c’était bien le pilote automatique. Et la fatigue se fait sentir. A partir de cette nuit, dans une sorte de bienveillance tordue, le Pot au noir pourrait offrir quelques parenthèses de repos supplémentaire.

Cap Vert franchi

Ce soir, les caps font progresser toujours les leaders vers le même point de franchissement de la zone de convergence intertropicale. Hugo Boss mène la procession, quelque 30 milles au sud de l’étrave de Neutrogena qui file à la même latitude que Cheminées Poujoulat. Plus au nord, GAES Centros Auditivos a gagné un peu de terrain.

Bien plus à l’Est, Renault Captur endure déjà l’affaiblissement des vents, leur vitesse tombant sous les 13 nœuds quand ses camarades de l’Ouest enregistre toujours des moyennes de 15-16 nœuds. Derrière, One Planet One Ocean & Pharmaton, comme son poursuivant We are Water, ont dépassé l’archipel du Cap Vert et leur route Ouest les  dirige directement vers la zone théoriquement la plus favorable au franchissement du Pot au noir. Quant à Spirit of Hungary, toujours proche des côtes africaines, il a repris un peu de vitesse dans des alizés modérés, à environ 450 milles des îles capverdiennes.