"Masters of the Seas" Gerard Marín

Ocean Masters Skipper Feature 4 “Masters Of The Seas”, Gerard Marín – GAES Centros Auditivos

News AVR. 22, 2014 17:45

Son nom le prédestinait à prendre la mer ! Après une incursion rapide dans la classe IMOCA en 2008, lors d'une course entre Barcelone et Ibiza, le catalan Gerard Marin entre de plein pied dans le monde de la course au large, avec de la Barcelona World Race 2011/2012. Inscrit in extremis aux côtés du skipper français Ludovic Aglaor, à bord de l'ancien Kingfisher d'Ellen Mac Arthur devenu Forum Maritim Català, l'Espagnol se classe 8ème après 112 jours de navigation. Il boucle ainsi son premier tour du monde en course dès sa première participation ! Loin d'être un aboutissement, cette performance s'inscrit dans un parcours sportif désormais tourné vers les vastes étendues marines. Le 31 décembre prochain, Gerard s'élancera à nouveau du port de Barcelone pour une deuxième boucle, avec des objectifs revus à la hausse.

« J'ai débuté la voile très tôt, dès l'âge de 6 ans, sur un optimist. Rapidement, mes bons résultats m'ont donné confiance. Lorsque l'on est jeune, il est très important de voir que l'on peut être performant en se préparant activement à la compétition. La lutte se fait au contact, la régate est très intense et les résultats immédiats », se souvient Gerard qui a conservé de cette époque le caractère explosif que demande la voile légère. Champion d'Espagne et deuxième du championnat du monde de classe Europe en 2002, il est parvenu à conquérir le titre suprême 10 ans plus tard !

Mais la course au large l'a tout de même obligé à composer avec des contraintes qui demandent beaucoup de patience. Le licencié du Club Nàutic L'Escala, lucide sur les nombreuses qualités techniques et mentales que lui a apporté la pratique intensive de la voile légère, admet que la course océanique est un tout autre univers, même si les deux sont complémentaires.« Dans ce type de navigation, les paramètres sont nombreux ; vous devez apprendre des manœuvres très complexes et être en mesure de réparer votre bateau par vous-même », explique Gerard.

Pour en arriver là, le skipper espagnol est passé par une école de formation aussi fascinante que difficile : la classe Mini. El là encore, les bons résultats ne se font pas attendre. Sa première année de compétition est fulgurante : 1er de la Mini Solo et de la Mini Barcelona, 1er des Sables les Açores les Sables en 2006, 1er encore de la Mini Solo et 2ème de la Course des Lions en 2007, Gerard Marin se classe 4ème de la Mini Transat la même année en catégorie série. Avec moins de réussite, il finira 21ème de l'édition suivante en 2009, en catégorie prototype.

Qu'importe ! Le virus de la course au large est bel et bien contracté et ces longues traversées à bord de petites (mais rapides !) coques de noix de 6,5 mètres de long seulement n’entament en rien la motivation du skipper. Mieux, elles l'inclinent à voir plus grand. Dans cette classe innovante à l'origine de tant d'inventions de la course au large, qui a révélé tant de grands marins, le jeune espagnol développe des envies de tour du monde.

En 2011, c'est le grand saut dans la classe IMOCA. Gérard est au départ de la deuxième édition de la Barcelona World Race aux côtés du skipper français Ludovic Aglaor. Il sait que cette course sera une grande aventure. 112 jours autour du monde plus tard, il entre dans le port de Barcelone, si familier, avec l’intense émotion d'avoir réussi à boucler la boucle, malgré les multiples péripéties qui n'ont pas manqué d'émailler le parcours des deux hommes.

Fin barreur, technique, Gerard décide à son retour de poursuivre son apprentissage dans ce que l'univers de la course au large propose de plus exigeant en terme de rythme et de réglages : la Classe Figaro. C'est là que va se former l'actuel duo catalan. Dans ce Pôle d'Excellence méditerranéen, il va s'entraîner avec Anna Corbella au contact des plus grands marins avant de les affronter une fois encore à travers l'Atlantique. 11ème de la Transat AG2R 2012, le duo espagnol termine à quelques heures seulement des ténors de la discipline.

De retour à la classe IMOCA sous les couleurs de Gaes Centros Auditivos, Gerard Marin affiche désormais un profil très complet, digne des meilleurs CV espagnols de la course au large. A 32 ans, celui que l'on appelle familièrement « Géri » était le premier avec Anna Corbella à s'inscrire à la prochaine Barcelona World Race. A bord de l'ancien IMOCA 60 Gitana 80 de Loïck Peyron, récent Cinquième du dernier Vendée Globe aux mains de Jean Le Cam, il va s'élancer à l'assaut de l'Atlantique pour prendre le départ de la New-York to Barcelona Race le 1er juin prochain. « Un entraînement idéal pour mon prochain tour du monde !», s'enthousiasme Gerard.