José Muñoz, un pionnier naturel

José Muñoz est actuellement à bord de Neutrogena en train de se préparer à son deuxième tour du monde en double. Ce sera le premier sans escale et à bord d'un IMOCA 60. Ce marin chilien accompli se joint à Guillermo Altadill pour reléver le défi, après avoir été choisi par l'Espagnol pour former une équipe qui va bien au delà d'une belle équipe. Le légendaire cap Horn (Chili) rassemble ce duo de skippers, au sein duquel chacun s'est taillé une réputation unique et extraordinaire dans son pays d'origine.

News AVR. 11, 2014 15:01

José Muñoz sait déjà ce que c'est que d'être un pionnier.  En 2009, lui et Felipe Cubillos ont été les tous premiers Chiliens à finir un tour du monde en course. Maintenant, le marin se prépare à devenir la première personne de son pays à réaliser ce challenge sans escale. En participant à la Barcelona World Race, il deviendra également le premier Sud Américain à prendre part à une régate IMOCA. Son regard serein prouve que ce grand rendez-vous n'impressionne pas ce skipper qui fera équipe avec Guillermo Altadill sur Neutrogena. Guillermo est également un pionnier en Espagne, son pays d'origine. Il est celui qui a parcouru le plus de milles, réalisé le plus de navigations autour du monde et de records océaniques. Il bénéficie d'une expérience que José a suivi avec admiration : “J'ai suivi la carrière de Guillermo sur internet et je connaissais  son palmarès et son extraordinaire expérience en course au large... Il n'y a aucun doute sur le fait qu'il est l'un des meilleurs, donc lorsque j'ai découvert qu'il était désireux de me rencontrer pour éventuellement monter un duo Hispano-Chilien pour un projet tel que la Barcelona World Race, j'ai sauté sur l'occasion”. 

Tout s'est passé l'année dernière quand Guillermo donnait une conférence au Chili et a rencontré son coéquipier actuel en personne. José avait fait le saut dans le grand bain de la course océanique après une fantastique performance dans la Portimão Global Ocean Race, une course autour du monde en 5 escales destinée aux Class 40. A la barre de Desafio Cabo de HornosJosé Muñoz etFelipe Cubillos ont pris la deuxième place au général et remporté deux étapes. Une victoire de manche particulière fut celle entre la Nouvelle-Zélande et le Brésil, ravissant la population du Chili qui possède l'un des emblèmes géographiques les plus symboliques de la voile : Le cap Horn. José se souvient de ce moment émouvant : “Le cap Horn est mythique. En tant que marin et chilien, s'y rendre est quelque chose de très intense. Quand j'ai enroulé le Cap en 2009 en première position, et que je pouvais voir ma famille, c'était vraiment bouleversant. Maintenant, dans la Barcelona World Race, ce sera deux fois plus bouleversant puisque que je rendrais hommage à la mémoire de mon collègue Felipe Cubillos”.

José, le monde de la voile et la solidarité chilienne ont perdu Felipe Cubillos lorsqu'il a disparu dans un accident d'avion près de l'archipel de Juan Fernández en  2010. Le marin travaillait avec le Desafío Levantemos Chile (Reconstruire le challenge chilien) qu'il avait fondé pour promouvoir la reconstruction des zones affectées par le tsunami qui a touché le pays le 27 février 2010. “Cela a été une très grande perte. Nous avons débuté ensemble à Algarrobo et j'ai navigué avec Felipe pendant 11 ans avant de faire équipe avec lui pour la Portimão”, explique José, lorsqu'il se souvient de son ancien équipier et ami.

José est né à Algarrobo, au Chili, en avril 1972. Dans ce paradis de la voile chilien, il a commencé à naviguer et y habite toujours avec sa femme et ses deux filles. Il a débuté son apprentissage de manière peu conventionnelle, en prenant le large dès son plus jeune âge : “J'ai débuté au Yacht Club d'Algarrobo et à 10 ans, je naviguais déjà au large avec mon père. A 18 ans, je suis entré dans le monde de la voile professionnelle et du J 24. Ensuite, j'ai fait quelques traversées du Pacific”.

Le marin chilien a appris à maîtriser toutes les techniques des différentes disciplines de la voile sportive, pendant qu'il se taillait dans le même temps une réputation d'expert des courses côtières et hauturières. Les classes IOR, IMS, Mumm 36, J 24 et j 105, où il a décroché quelques victoires importantes, ont été déterminantes pour préparer le terrain de ses brillants débuts dans la Class 40.

Aux côtés de Guillermo, il est maintenant totalement engagé dans ce nouveau défi, soutenu par un sponsor qui comprend et partage les valeurs qui sont si importantes dans la grande aventure humaine que représente un tour du monde en double.Guillermo et moi sommes en phase et avec Neutrogena, nous formons vraiment une très bonne équipe. Je pense que j'apporte beaucoup de compétences techniques au projet pendant que Guillermo amène le souffle de son extraordinaire expérience. Les IMOCA 60 sont très exigeants et très différents des bateaux sur lesquels j'ai navigué jusqu'à maintenant. Ce sont des bateaux incroyables et j'apprends tous les jours un peu plus. La Barcelona World Race est une course très exigeante également où nous aurons à traverser des conditions extrêmes et le programme d'entraînement que Guillermo et moi avons mis en place sera le plus difficile que j'ai jamais fait”.

José espère voir la voile océanique se développer au Chili, un pays qui offre la plus longue portion de littoral à l'océan Pacifique. Il est certain que le tour du monde en double représentera un grand bon en avant dans ce sens : “En tant que Chilien, je suis incroyablement fier de représenter mon pays dans la Barcelona World Race. Cest un honneur pour moi. Je pense sincèrement que l'impact de la régate au Chili sera énorme, puisque beaucoup de gens là-bas aimeraient y prendre part”.