Drôle d'endroit pour une rencontre

Spirit of Hungary a heurté un objet flottant non identifié hier, One Planet One Ocean & Pharmaton a changé sa route pour éviter la menace de growlers. Autant de chausse-trappes pour les concurrents dans ces espaces déjà hostiles.

News FÉVR. 11, 2015 14:24

Nandor Fa (Spirit of Hungary) : « Tôt dans la journée, nous avons heurté un OFNI (objet flottant non identifié). On ne sait pas ce que c’était. C’était gros, noir, compact. Ce n’était pas un cétacé. Ça pourrait être un tronc d’arbre, un madrier, quelque chose dans ce genre. Le safran bâbord s’est arraché avec ses vis et malheureusement la barre de liaison entre les deux safrans s’est cassée. On a dû réparer le système de barre. On doit aussi changer plusieurs lattes qui ont ragué sur les haubans. On a donc plusieurs réparations en cours, stratifier de nouveau une barre de liaison, réparer le dôme du fleet car les connections sont trempées. C’est ce qui fait qu’il ne marche pas depuis deux jours. On l’a donc nettoyé et imperméabilisé.

Heureusement qu’il faisait beau. La mer est à 17° environ, et il fait 22° comme en été. Les vents sont faibles d’ouest dominant. On navigue sous grand-voile et grand gennaker (qui fait environ 600m2). Mais en dépit de ça, notre progression reste faible, on n’avance qu’à 10 nœuds. On attend le renforcement des vents de nord-ouest.

Aleix Gelabert(One Planet One Ocean & Pharmaton) :«  Pour les prochaines 24 heures, nous attendons un régime de basses pressions associé à un front froid. La nuit devrait être difficile avec des vents de 40 nœuds, et probablement des rafales à 50-55 nœuds. Alors, nous nous reposons et nous préparons le bateau pour les conditions à venir. Nous nous sentons en sécurité à naviguer au nord de la zone d'exclusion. Marcel (van Triest) et la direction de course travaillent constamment sur cette limite pour notre sécurité. Il est toujours possible que des growlers sortent de cette zone. Nous avons été alertés la nuit dernière par la direction de course de la possible présence de growlers sur notre route. Nous avons changé un peu notre route juste au cas où. Ce n'est pas la peine de rajouter des risques.

Notre bateau est âgé de plus de 14 ans et son design est quelque peu différent des nouveaux bateaux. Si je le pouvais, j'ouvrirais l'arrière du cockpit de telle façon que lorsque l'eau submerge le bateau, elle se retire facilement. J'aurais également fait une casquette qui nous permettrait de naviguer au sec et à l'abri des vents froids de sud-ouest. C'est un rêve pour nous. Mais nous faisons avec notre roof et nous n'y pensons pas. 

Nous commençons à penser au cap Leeuwin, oui, mais c'est encore à 4 ou 5 jours de route. C'est très important d'atteindre ce deuxième cap, ce serait un honneur et un moment fort. Et le cap Horn est le prochain!