Archipel des Canaries, les enjeux stratégiques

Marcel Van Triest qui compte plusieurs tours du monde comme navigateur ou comme routeur explique pour la Barcelona World Race les enjeux liés au franchissement de l’archipel des Canaries. Entre alizés de secteur est, volonté de gagner dans l’ouest et dévents des îles, c’est un vrai casse-tête qui attend les navigateurs.

News JANV. 5, 2015 20:24

« La stratégie en Atlantique Nord est conditionnée par le point où vous souhaitez franchir le Pot au Noir. En janvier, la meilleure zone pour traverser cette Zone de Convergence Intertropicale (ZCIT) où les vents sont faibles est globalement positionnée entre les 28 et 30° W. La meilleure des stratégies est donc de tenter de gagner dans l’ouest le plus tôt possible en évitant de buter sur l’anticyclone des Açores où les vents sont absents.

Il est essentiel néanmoins de garder à l’esprit qu’il existe des poches sans vent sous le vent des reliefs des îles Canaries. Les effets de site peuvent être perceptibles jusqu’à 1000 km des îles. Si vous décidez de traverser l’archipel vous bénéficierez d’effets venturi (une accélération des vents) entre les îles, mais vous pouvez vous faire piéger quand vous serez sous le vent de l’archipel dans son sud. C’est pourquoi on a l’habitude de dire que tout gain dans l’ouest est une sorte d’investissement pour l’avenir.

Les alizés de NE entre les Açores et le Pot au Noir autorisent les meilleures vitesses avec des vents moyens entre 15 et 20 nœuds, voire 25 sous les grains. Si vous n’avez pas réussi à gagner dans l’ouest avant les Canaries, vous serez confronté au même problème en abordant les îles du Cap Vert qui ont aussi des reliefs imposants.

En règle générale, celui qui entre le premier dans le Pot au Noir en sort le premier. Mais cette zone est aléatoire qui peut s’étaler sur une bande de 50km de large en moyenne, mais peut parfois se réduire à moins de 5 milles.

Quoi qu’il en soit, le facteur chance peut avoir son mot à dire. Un nuage peut anéantir les espoirs d’un concurrent et les premiers peuvent se retrouver les derniers. C’est aussi pourquoi le passage des Canaries est aussi intense pour les navigateurs. »

Pour en savoir plus, voir ce video de Macel van Triest du cours Strategies for winning. Meteorology in a round the world regatta du Barcelona World Race Ocean Campus.
Vous pouvez vous inscrire au cours: https://www.canvas.net/courses/strategies-for-winning-meteorology-in-a-round-the-world-regatta]