Trucs et astuces pour Didac et Aleix

On ne le dira jamais assez : la recherche du moindre effort rend toujours plus intelligent. Lassés de devoir batailler contre les algues qui venaient bloquer leurs safrans, Aleix Gelabert et Didac Costa ont bricolé un crochet  redoutable pour piéger les filaments. Histoire de se donner toutes les chances de contenir les velléités de retour des frères Garcia.

Messages du large MARS 24, 2015 08:31

"Aujourd’hui, on a soupé de devoir stopper le bateau à chaque fois qu’il fallait ôter les algues coincées dans les safrans. C’est pourquoi on a monté un système avec une latte de grand-voile, du fil de fer, un bout de tuyau et du rouleau adhésif. On a conçu une sorte de crochet qui nous permet d’atteindre les safrans sans avoir à se mettre à l’eau. (Hier on s’est baigné et l’eau était bonne, mais on ne peut pas s’arrêter à chaque fois). Jusque là, à chaque fois, on devait venir bout au vent, s’arrêter jusqu’à ce qu’on ait enlevé les algues. J’ai encore fait ça plusieurs fois aujourd’hui.

 

De véritables tapis d’algues sont apparus depuis hier matin. Certains sont plus grands qu’un terrain de basket et il faut vraiment les éviter. Parfois c’est le speedo qui nous indique que nous avons ralenti, sinon, ce sont les vibrations du safran qui nous alertent. On pense être sorti du Pot au noir. Les alizés s’installent doucement, mais ils sont encore très variables en force comme en direction.

Dans l’après-midi, Didac a dû monter au mât pour réparer une déchirure dans le solent. On s’en était aperçu l nuit dernière mais on a dû attendre que le vent tombe pour le réparer. Ce n’était pas facile car les mouvements de tangage du bateau ne lui permettaient pas de travailler correctement et de poser le patch facilement. On a l’a fait sous J1 et grand-voile haute car on sent le souffle de We Are Water dans notre cou et on ne peut pas se permettre de trop ralentir."

Aleix et Didac à bord de One Planet One Ocean & Pharmaton