Noire, grise, sombre et claire : les couleurs de la flotte…

En plein Pot au noir, Conrad Colman ne le laisse pas emporter par la grisaille ambiante. A bord du dernier bateau de la flotte, l’espoir de bientôt toucher des vents favorables pour allonger la foulée l’emporte. Le tableau - et le moral - sont forcément d’humeur beaucoup plus sombre du côté d’Alex Thomson et Pepe Ribes contraints d’abandonner la course. En tout cas, pour Anna Corbella, la situation stratégique reste claire : pas de mode furtif en vue. Extraits, en couleurs, des échos du jour…

Messages du large JANV. 16, 2015 15:16

Conrad Colman (Spirit of Hungary) : « Actuellement, on est dans le Pot au noir, mais le Pot est plutôt gris que noir… On a des nuages gris partout, partout. Mais, c’est plutôt clair. On est plutôt optimiste, parce que le vent semble passer assez rapidement entre le nord et le sud. On croise les doigts, mais j’espère qu’on va réussir à vite s’échapper.
Après la sortie du Pot au noir, dans le vent plus fort qui nous attend, je pense qu’on sera dans une bonne position pour revenir. Dans la course au large, et dans la compétition en général, le jeu n’est pas fini tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie. Il reste beaucoup, beaucoup de milles à faire. On n’a pas du tout jeté l’éponge. On va essayer de gratter des milles jusqu’au bout pour essayer de rattraper les bateaux qui sont devant. »

Alex Thomson (Hugo Boss) : « Je m’étais retourné, Pepe était en train d’apporter une voile à installer derrière moi, quand soudain j’ai vu que l’emmagasineur venait de se casser. Tout d’un coup, je l’ai vu se briser et partir en l’air, emportant la voile avec lui. J’ai levé les yeux et instinctivement j’ai su que le mât allait tomber. La scène a duré quelques secondes et il est bien tombé en arrière dans l’eau. En quelques minutes, le mât s’est cassé en deux, à l’endroit où il était retenu au bateau. Pepe a fait un super boulot pour le dégager avant que le mât fasse un trou dans la coque sur une mer très formée. On est extrêmement déçu. On sentait qu’on contrôlait la course. On avait fait quelques petites erreurs mineures, mais sincèrement on performait bien. Je suis déçu pour notre équipe, pour Pepe, pour nous tous. C’est déchirant quand ce genre de chose se produit. »

Pepe Ribes (Hugo Boss) : «  Il y avait des bonnes ondes à bord entre Alex et moi. Nous avions bien débuté la course. A plusieurs occasions, nous avions pris des décisions tactiques qui se sont révélées bonnes. Nous avions gagné et perdu des milles, mais globalement, nous nous sentions très bien. Quand nous avions des discussions pour prendre des décisions, c’était très positif. Chaque fois que nous nous sommes écartés de la flotte, nous avons gagné des milles. C’était bon pour le moral et cela nous donnait confiance pour la suite. »

Anna Corbella (GAES Centros Auditivos) : «  Cela date de ce matin (au sujet du mode furtif de Neutrogena) et je me réveille tout juste. Je ne savais pas et je ne sais pas ce qu’ils vont faire. Peut-être qu’ils veulent juste mettre la pression sur les autres, puisque le vent mollit là où ils sont. J’imagine qu’ils sont très proches et vont juste disparaître pour 24 heures. Pour nous, il n’y a pas grand chose à faire en termes de stratégie. Pour l’instant, nous ne pensons pas à passer en mode furtif. »