Atu et les cyclones tropicaux

Les cyclones tropicaux sont des phénomènes météorologiques qui peuvent générer des vents extrêmement violents avec de très grosses vagues désordonnées et de directions très variables. Les tornades, des pluies diluviennes et une forte houle sont quelques-unes des conséquences pour les zones côtières. Le cyclone se nourrit des grandes superficies d'eau chaude et perd de sa force quand il arrive au dessus d'une terre ou, comme dans le cas de Atu, lorsqu'il se déplace sur des eaux plus froides que celles qui lui ont donné naissance.

Articles JUIL. 25, 2012 16:21

Ces systèmes s'autoalimentent au travers d'un noyau chaud, d'où s'expulsent de grandes quantités de chaleur sous forme de vapeur qui monte, ce qui provoque une importante condensation de vapeur d'eau. Cette chaleur se redistribue verticalement autour du centre de la tempête, ce qui fait qu'à n'importe quelle altitude (excepté à la surface où la température de l'eau est proche de celle de l'air) le centre du cyclone est toujours plus chaud que son environnement.

Les parties principales du cyclone sont formées de son oeil, d’une masse nuageuse et des pluies torrentielles. Normalement, dans l'oeil du cyclone, il n'y a pas de nuage et la température est élevée et augmente en altitude. La mer, par différence, peut être extrêmement violente. L'oeil est de forme circulaire et peut atteindre 370 kilomètres de diamètre.

Les nuages autour de l'oeil sont au coeur de l'activité orageuse qui limite le centre du cyclone. Cette activité se caractérise par des nuages symétriques de grande densité (l'anneau central ou CDO), qui déterminent que l'oeil soit parfaitement circulaire. Dans cette zone, les vents atteignent leur plus grande vitesse, les nuages sont les plus hauts et les précipitations les plus intenses. Lorsque l'anneau central s'affaiblit, la pression au centre augmente.

Les bandes de pluies sont des zones de précipitation et de tempête qui tournent sur elles-mêmes autour du centre. Les rafales de vent sont très fortes et les zones de fortes précipitations peuvent se produire dans des zones an alternance avec des zones plus calmes.

Atu, le cyclone de Vanuatu

Atu, qui doit son nom à l'archipel de Vanuatu où il a pris naissance la semaine dernière, est positionné actuellement à 400 milles au NE d'Auckland et à un rayon de 300 milles. Actuellement il est en train de mourir et laisse place à une tempête tropicale. La convection et les tempêtes qui lui sont associées ont perdu en intensité lors des dernières 24 heures, ce qui veut dire que le phénomène est en phase de transition. Malgré ce reclassement, le vide créé produit toujours des vents soutenus de 35-45 noeuds avec des rafales à 55 noeuds, le tout accompagné par une mer confuse et des vagues de plus de 10 mètres de haut qui se déplace au SSE.

Pour avoir une idée de l'importance de cette grande dépression, il est important de noter que les modèles météo européens ont calculé, pour aujourd'hui, une pression de 964 millibars dans l'oeil du cyclone alors que les modèles américains n'annoncent que 984 millibars. Les vents qui y sont générés seront d'autant plus forts que la différence de gradient isobarique (20 à 35 millibars) entre le centre et l'extrémité du cyclone Atu (300 milles) est grande.